La Diligence – 1968

Prépublication dans « Spirou » (1504-1525) et « Spirou » spécial Lucky Luke (1513) entre février et juillet  1967

Les auteurs reprennent un schéma ultra classique, la cohabitation de compagnons de voyage très différents mais contraints de se souder dans l’adversité. Citons « Boule de Suif », le célèbre roman de Guy de Maupassant ou évidemment la « Chevauchée Fantastique » (« Stagecoach »), le film de John Ford de 1939, avec John Wayne dans le rôle principal. 
Cet album fait presque figure d’adaptation du film, car il existe une vraie similitude avec ses personnages, jusqu’à l’utilisation d’une caricature de l’acteur John Carradine dans le rôle du joueur. Morris avouera qu’il aurait bien aimé mettre en scène une prostituée comme dans le Western, mais la ligne éditoriale de Spirou ne permettait pas une telle audace.

 La qualité de cet album repose sur une magnifique galerie de portraits. 
Lucky Luke est secondé par Hank Bully, cocher de la diligence et caricature de l’acteur Wallace Beery (qui toutefois, ne jouait pas dans le film). Il joue le rustre au cœur d’or proche d’un Ugly Barrow (La Caravane) en plus sympathique et en moins grossier. Une femme y joue un rôle important. Imposante matrone, Annabella Flimsy tyrannise son petit mari dans un clin d’œil appuyé à Dubout. Comme la Castafiore dans Tintin, elle est assez symptomatique de la misogynie très commune aux auteurs de bandes dessinées de cette époque, bridés par la censure.
Le scénario mêle efficacement gags purs et durs, incidents de parcours et rebondissements d’une intrigue policière avec, comme point d’orgue, un épisode extraordinaire avec un poète d’un genre très particulier. À noter aussi la scène de la photo, particulièrement bien menée. La couverture est magnifique. Un sondage réalisé en 2009 par le site officiel des éditions Lucky Comics a montré que cet album était le préféré des lecteurs.

La référence : L’album est à rapprocher de « La chevauchée fantastique » de John Ford évidemment mai aussi de son remake : « La Diligence vers l’ouest » de Gordon Douglas (Stage Coach, 1966) avec Mike Connors (futur Mannix) et Bing Crosby. 

Le gag

Des patates et du lard.

Curiosité

Cet album est le premier édité chez Dargaud, mais il est paru en feuilleton dans « Spirou ». Charles Dupuis n’avait pas pensé à protéger cette aventure par contrat.

Caricatures

Alfred Hitchcock (cinéaste anglo-américain, 1899-1980).
Wallace Beery (acteur américain, 1885-1949).
John Carradine (acteur américain, 1906-1988).

 

 

L’avis d’un internaute 

Cet album est  à n’en pas douter une œuvre magistrale. Lisons un résumé de ce qu’a écrit un internaute surnommé JLP2 sur le site « Sens Critique ».

« La diligence » constitue à mes yeux un must dans le genre de l’exercice de style.

Les auteurs s’interdisent le recours à des personnages récurrents type Dalton, Rantanplan, Billy the kid…

 

Lucky Luke, dans son statut de héros, adopte une position basse. Il est certes reconnu pour ses qualités puisque la Wells Fargo le recrute. Mais cette réputation n’écrase pas l’enjeu du récit, il n’apparaît pas comme invincible. Les bandits n’hésitent pas à attaquer la diligence. Plusieurs fois il se trouve surpris et en difficulté, et il doit recourir à la ruse (changement d’itinéraire, recours à la photographie face aux Indiens) il n’est fait aucune allusion à ses exploits passés. Il se concerte avec le conducteur de la diligence avec lequel il partage la responsabilité du voyage. Les personnages avec lesquels il interfère ne lui accordent pas de statut particulier. Il apparait comme un convoyeur particulièrement compétent, mais pas plus. Les bandits du début le connaissent mais  les responsables des relais connaissent plus Hank Bully le conducteur et certains passagers (cf l’arrangement entre Scat et le patron du relais page 20). »